top of page
JZ7A7104 - copie.jpeg

DÉ-CORRÉLATION / CORRÉLATION

Création Novembre 2023

Ce diptyque opère une dissociation volontaire entre danse et musique. Par le dépouillement des informations, le champ de perceptions s’élargit. Par le vide, nourrir un espace sensitif, émotionnel propre à chacun et à chacune.

C’est comme danser en fermant les yeux. On ne voit plus les corps autour de nous, mais on peut encore les imaginer bouger, comme si leurs images étaient gravées dans notre mémoire. C’est comme avoir ce son en boucle dans notre tête, qui par un curieux mécanisme fait bouger notre corps. Que se passe-t-il quand on dissocie le son du geste, la musique de la danse ? Aurore Gruel et Hervé Birolini se sont posé la question et nous invitent à bousculer nos sens ! 

Elle est chorégraphe, il est compositeur, ils collaborent depuis de nombreuses années. Ensemble, ils ont conçu des manières innovantes d'envisager le rapport entre le geste et le son, exploitant des dispositifs électroniques sophistiqués avec une grande poésie. Avec ces deux pièces, ils reviennent à l'essence de leur art. L'une dialogue avec la lumière et l'épure tandis que l’autre se révèle à un public plongé dans la pénombre. Chacune apparaît comme un miroir inversé de l'autre, un espace hanté par l'absence de sa dimension complémentaire. Le diptyque devient alors une proposition adressée à l'imaginaire de chaque spectateur.

Télécharger le dossier de diffusion

DÉ-CORRÉLATION peut être présenté seul ou avec CORRÉLATION pièce musicale du compositeur Hervé Birolini.

 

DÉ-CORRÉLATION
Durée : 25 minutes
à partir de 10 ans

Chorégraphe interprète : Aurore Gruel

Créateur Lumière : Floxel Barbelin

Conseil chorégraphique: Vidal Bini 

Assistante à la création : Julie Gothuey

Costume : Paul Andriamanana

Avec DÉ-CORRÉLATION, Aurore Gruel exprime le désir et le besoin de revenir à l'écriture du geste par le corps seul, dans un environnement minimal, éclairé méthodiquement, pour dessiner un langage chorégraphique et sensible en dialogue avec la lumière. Le vocabulaire puise dans les recherches de relation entre sons, espaces, mouvements. Il s'agit de déployer un langage inspiré par le geste sonore qui devient empreinte, trace, mémoire. Le corps entre en vibration avec un espace scénique "nu“, il déploie sa capacité à nous transporter dans des paysages éphémères, symboles de nos passages.

 

Un moment de danse d'écoute et de retour à soi partagé, comme un présent à saisir à la marge de nos quotidiens.

Coproductions : CCAM - Scène nationale de Vandœuvre-Lès- Nancy, Arsenal-Cité musicale Metz., Soutiens : Région Grand Est – Aide à la création, Ville de Nancy – Aide à la création, ORMONE est soutenu par la DRAC Grand Est au titre de l’Aide au conventionnement 2022-2023-2024).

CORRÉLATION
durée :20 minutes
à partir de 10 ans 

Hervé Birolini propose ici une pièce uniquement faite de sons et d’espaces pour un public plongé dans la pénombre : une pièce acousmatique. Il tente de faire entendre le corps dansant avec les moyens de la musique électroacoustique en l’absence de danseur·euse, pour se concentrer sur ce qui en fait l’essence d’un point de vue sonore. 

Composition musicale : Hervé Birolini

Régie son : Floxel Barbelin

Diffusion : Emilia Petrakis

Administration de production : Aurélia Coléno-Mourot
 

Depuis SPEAKERS (2015), la recherche menée conjointement par la chorégraphe Aurore Gruel et le compositeur Hervé Birolini (Cie DISTORSIONS) a donné lieu à la création de l’Instrument Cinétique : un corps-instrument de musique dont le mouvement et les gestes sont recueillis par des systèmes de capteurs, interprétés et retranscrits en direct.

Les possibilités expressives et les enjeux soulevés par l’Instrument Cinétique se sont déployés dans CORE (coproduction ORMONE/DISTORSIONS - 2017) et de manière encore plus prégnante et précise dans EXARTIKULATIONS (Cie DISTORSIONS - 2018), les deux premiers opus du MANIFESTE SONS ESPACES MOUVEMENTS.

bottom of page